The Conjuring de James Wan

Posted on 22/09/2013

Les Film Days, ce sont quatre jours de cinéma à prix réduit. De quoi faire le plein, tant pour les salles participantes que pour les cinéphiles! En ce premier jour d’automne, The Conjuring est à l’affiche à l’UGC De Brouckère. Un film d’horreur dans la lignée d’Amityville et de Poltergeist pour lequel le public, plutôt jeune, s’est déplacé en masse. La séance est en effet complète.

Rhode Island, début des années 70. Les Perron semblent avoir trouvé la maison idéale, entourée d’une vaste plaine boisée, aux abords d’un étang. Une maison prête à abriter de belles soirées pour cette grande famille : un couple et ses cinq filles. Le jour de l’emménagement, la chienne de la tribu, Sadie, refuse de passer la porte de la demeure. L’animal a flairé les ennuis et tente de prévenir, à sa façon, les nouveaux maîtres des lieux. En vain! Car d’étranges événements vont bientôt se produire…

Toutes les nuits, les horloges s’arrêtent à la même heure et, chaque matin, Carolyn se réveille couverte de bleus. La cadette, April, ne lâche plus sa boîte à musique qui lui révèle la présence d’un ami (imaginaire?) : Rory. Christine, qui partage sa chambre avec Nancy, est quant à elle réveillée chaque nuit par une personne qui lui tire les pieds… une personne qu’elle pense être sa soeur. Jusqu’au jour où, perplexe face aux remarques de Christine, Nancy se réveille et aperçoit une ombre étrange cachée derrière la porte. Les premières frayeurs commencent…

James Wan signe là un film épique dans lequel les effets les plus simples sont les plus terrifiants. Et face aux scènes effrayantes, chacun sa technique : si certains ont passé une bonne partie de la séance la tête enfouie dans leurs genoux ou collés à leur voisin, d’autres ont régulièrement poussé des cris ou sursauté sur leur siège. Un long métrage à voir dans l’ambiance feutrée d’une salle obscure pour des frissons garantis.

Nancy Junion