Concert review : Monolith et Thisquietarmy au Kinky Star

Posted on 28/10/2014 by BeCult

Juste le temps de commander une boisson anisée sur Warm leatherette de The Normal, et de se diriger vers la mini-scène du Kinky Star, que les Bremois de Monolith commencent. Programmé il y a quelques semaines en première partie de Thisquietarmy par le collectif métalleux gantois Grimm, ce trio allemand produit du stoner-metal classique, ponctué de quelques moments où la guitare rugit. Le concert se passe sans anicroche, les gars maîtrisent assez bien leurs instruments et quelques têtes se secouent gentiment dans l’assemblée. Jusqu’à ce que ces (sans doute) grands fans de Lemmy (Kilmister) décident de jouer un nouveau morceau pas vraiment fini, le chanteur improvisant encore au niveau des paroles. Il devrait d’ailleurs suivre l’exemple du pape du heavy metal : se boire quelques lampées de sky et fumer à n’en plus finir pour rendre sa voix plus râpeuse. Cela correspondrait bien mieux au style musical du groupe…

Le Kinky Star est littéralement pris d’assaut, en l’espace de la prestation de Monolith. Pas mal, pour un dimanche soir. Et il faut bien avouer que Thisquietarmy, ça fait toujours du bien aux oreilles. On bat des coudes pour atteindre le bar, et on attend une plombe (la pauvre barmaid est seule face à de nombreux chevelus assoiffés) avant de recevoir son deuxième ballon d’anis. On se retourne et oh misère!, le Kinky est bien rempli. Alors on s’assied sur un tabouret pas loin du merchandising, tenu par les patrons du Consouling Store. Puis, juste à côté, un jeune homme tombe dans les vapes, en plein milieu du premier morceau From Darkness, sorti à l’automne 2013 sur Denovali records. Il fait sauna au Kinky et ce morceau atmosphérique à tendance orageuse est peut-être un peu trop violent pour une fin de semaine sans doute bien arrosée. Le ton monte avec le second morceau, Revival, où la rythmique se fait plus dense et le son plus saturé, juste ce qu’il faut pour laisser passer ces notes immaculées qui sortent tout droit de la guitare. On est toujours assis sur ce tabouret et on ne voit rien des visuels concoctés par l’artiste. S’ensuit Aphorismes, titre créé avec les français de Year Of No Light, et on tente une percée. On voit enfin un morceau d’écran, mais pas Thisquietarmy. On est juste dans le no man’s land du Kinky, dans cet étroit couloir entre le bar et l’arrière-salle où se produit le Canadien. Et justement, on est prêt à armer pour avancer, mais en vain. Le public, venu de Gand, mais aussi de Bruxelles, Courtrai (notons quelques fidèles de la Church of Ra dans la foule), Anvers ou Saint-Nicolas, reste bien absorbé par le set qui se joue à quelques mètres de nous. Un set qui se finira sur des visus de tranchées (celles de Vimy) en adéquation avec le dernier morceau en lisse de cette soirée : The Black Sea.

Thisquietarmy, on n’en a jamais assez. Vivement la prochaine tournée en Europe, car cela nous a paru une chouïa trop court ce soir. Mais bon, rien ne va à l’encontre du couvre-feu… Surtout un dimanche!

Nancy Junion

Crédit photo : Leon De Backer – Ghentology