Le on3-Festival, kézako?

Posted on 07/12/2012

Lancée en 2007, on3 (prononcé “Onn-draille”) est une radio de la Bayerische Rundfunk destinée aux jeunes résidant en Bavière. Sa programmation, indépendante et alternative (rock, hip-hop, électro), consacre une place de choix aux artistes régionaux. Tous les ans à l’aube de l’hiver, on3 organise un festival dans ses magnifiques studios à l’occasion duquel elle invite une quinzaine de groupes issus de la nouvelle scène allemande et internationale.

Depuis le concert improvisé et scandaleux de messire Peter Doherty en 2009, beaucoup de sons ont coûlé sous les ponts. Retenons de cette édition 2012 : la pop sucrée et minimaliste des Stealing Sheep (jeunettes repérées par Jarvis Coker), le spleen envoûtant des américains de Lower Dens ou encore la reprise enflammée de Benny Bennassi (en y repensant, ce morceau est ingénieux) par Les Who Made Who qui ont clôturé cette édition somme toute assez linéaire au niveau sonore.

Cette année, la sélection des groupes a en effet été profilée de manière très lo-fi. Néanmoins, quelques sages explosions ont eu lieu lors du concert fort apprécié de Me And My Drummer ou pendant la prestation des fluo kids de la scène munichoise : The Exclusive. Un beau raté est cependant à noter, celui du concert du trio hip-hop Das Racist : seul un des trois membres de cette formation issue de Brooklyn était présent, l’un ayant oublié son passeport et l’autre ayant simplement refusé de décoller. Ce show, en soi bien rôdé et maîtrisé par l’unique représentant du groupe, a tout de même laissé un goût amer au public. Surtout après que son seul ambassadeur ait annoncé la séparation du trio et quitté la scène sans un mot.

Avis aux organisateurs : même si c’est du indoor, Micachu & The Shapes n’est décidément pas un groupe qui convient pour un festival. Fenster, The Dope et Tubbe ont quelque peu ravivé les couleurs du drapeau allemand en proposant respectivement une pop dreamy un peu noisy, un revival neo-grunge et de l’électro élevée aux Haribo. Tubbe, signé sur Audiolith (Bratze, Frittenbude), a surpris le public avec sa reprise de Word Up (Cameo).

Il manquait juste un soupçon de piment à l’on3-Festival pour en faire une réussite totale. On attend donc la prochaine édition avec impatience. En attendant, il est grand temps de se mettre à l’allemand!

Nancy Junion