Le compte à reDOURs est lancé

Posted on 12/07/2015

Dour 2015, c’est cinq jours de musique, de fête, de performances et d’amour. C’est aussi une ambiance inégalable où la musique et l’envie de s’amuser passent bien au-delà des frontières linguistiques que connaissent d’autres événements. Cette année, le festival compte un jour de plus au compteur, sous l’égide de Mons 2015. Pour sa 27e édition, Dour met les petits plats dans les grands et propose, sur les cendres du Terril et pour le plaisir des connoisseurs, une huitième scène à thématique avant-gardiste (Le Labo) ainsi que plein de petits extras qui vont faire de cette édition une expérience encore plus savoureuse (Hommes-lave-mains mobiles, stand de carte postales personnalisées, fresque de Felipe Pantone, Dournoi de foot, cours de fitness…). Et si on allait faire un tour du côté du line-up?

Les chats sauvages

Le DJ est-il un animal? Pas sûr. Ce qui est certain, c’est qu’il est là pour engendrer la foudre dans le petit corps du party animal qui est en vous! C’est pourquoi les deux DJ’s préférés du plat pays, aka les 2ManyDJs, viendront mettre le feu à la Last Arena le mercredi soir dès 00h30.

Avec Krokodil, pas de Birkin ou de Kelly (des sacs chers et méchants) mais du poil dru, des guitares rugissantes et un mélo de chant hard- et emocore. De quoi digérer son chili veggie, jeudi à 14h20, sous la Cannibal Stage. Pour se remettre des sauvageries de la tente cannibale, on montera voir la musique douce et aérienne du jeune producteur Dream Koala, au Labo à 16h50. Et sur le coup de minuit, on ronronnera de plaisir à l’écoute des sonorités électroniques cotonneuses saupoudrées de r’n’b de Cashmere Cat, dans la Boombox.

Amateurs de post-hardcore, le vendredi commence en force avec les énergiques Wolves Scream, sous la Cannibal Stage, à 13h20 tapantes. À 17h30, la Boombox en prendra pour son grade avec le sulfureux hip-hop de Cannibal Ox, mais notre cœur balance franchement pour les légendaires Deerhoof, groupe américain réputé pour sa musique aux confins de l’expérimental et du noise, sous l’idyllique Petite Maison dans la Prairie (LPMDLP). The Wombats viendra dynamiser la Last Arena à l’heure où on entamera une petite frite ketchup-andalouse bien méritée (aux alentours de 20h30).

Les animaux se lèveront probablement tard le samedi, réveillés par les râles du sexy (si, si) Carl Barât (The Libertines) & the Jackals, à ne surtout pas manquer dès 20h00 sous LPMDLP. On filera ensuite vers la Last Arena pour danser de manière effrénée avec nos petits chéris de Goose (21h00).

Ambiance blues, folk & rock’n’roll avec les Little X Monkeys à la Jupiler Dance Hall en début de journée du dimanche (13h20). Sous le soleil (ou non) dominical, on sirotera sa bière tranquillement allongé sous les éphémérides jazz électroniques de GoGo Penguin (LPMDLP, 15h00). Et puis, on ira voir cet homme à tête de doberman qui fait groover la scène hip-hop depuis deux décennies (au moins) à la Last Arena, vers 23h00. Snoop Doggy, Do-owww-ohhhh-oggg. Une belle faune, cette année, à Dour!

Intergalactic planetary

Des éléments naturels, on en retrouve aussi à Dour… De la jungle aux planètes environnantes, on a le choix!

Les passions vont se déchaîner sur la Last Arena à 21h30 le mercredi grâce au duo anglais adulé en 2014 : Jungle ou le genre électro-funk à son apogée. Dignes héritiers des Skatalites, le Tokyo Ska Paradise Orchestra sera sans doute fort en jambes pour vous faire sautiller le jeudi après-midi depuis la dernière arène (15h50). Et à 20h30, on ira voir ce qu’il se passe du côté de la Boombox, où Starflam promet de faire des étincelles avec son rap bien phrasé.

Vendredi, on mettra ses boules Quiès avant de se rendre sous la Petite Maison dans la Prairie pour déguster les sons lourds, drone, doom et sombres des mystérieux Sunn O))) (19h30). Après cette expérience qui promet d’être mystique, en route ver Le Labo et une légèreté plus groovy de la part des Bruxellois de Great Mountain Fire.

Stoner en veux-tu, stoner en voilà! Samedi à 19h00, Le Labo accueille les psychédéliques Mars Red Sky, pour le plus grand plaisir de votre nuque (et des futurs torticolis). Parmi les révélations les plus attendues, on retrouve Moon Duo, oscillant entre rock psychédélique, space et garage post-punk. Toujours sur cette scène qui défriche, Le Labo, à 23h30. Les plus braves termineront la nuit avec ce duo anglais tout jeune et frétillant, Clouds, à la Cannibal Stage, pour un set techno house bien acide. Aciiid!

Ils sont jeunes et frétillants aussi, tels de frais gardons venus de Liverpool, et vendredi à l’heure du thé et des scones (16h45), on ira dansouiller sur les chansons très à la Strokes des quatre garçons dans le vent de Circa Waves. Bon appétit, bien sûr.

Over the rainbow

Des éléments naturels aux couleurs de l’arc-en-ciel, et plus si affinités.

Bouh! Jeudi à la Cannibal Stage, on s’attend à voir des êtres fantastiques et un décor fait de pierres de Stonehenge quand on lit Orange Goblin. Mais détrompez-vous, ces mecs n’ont rien de semblable à ces petites créatures. Au contraire, préparez-vous à une bonne dose de stoner metal bien couillu. God Save Lemmy!

Alaska Gold Rush, les winners du Concours Circuit 2014, seront au Labo le vendredi à 15h20, pour saupoudrer l’audience de leur pop-rock sucrée. Eux ou le punk-rock celtique des Black Tartan Clan, c’est comme bon vous semble (Cannibal Stage, 15h30). Mais nous, ce qui nous botte le plus, c’est la venue des sublimes sœurs Casady, les reines du folk suave et un brin fêlé : CocoRosie (21h30 – LPMDLP).

Samedi, on commence la journée en se posant pose sous la tente de la Jupiler Dance Hall pour savourer le trip-hop tranquille et séduisant de YellowStraps (13h20).

Et le dimanche, fidèle à la tradition dourienne, on se paie une tranche de reggae avec les légendaires Black Roots à la Jupiler Dance Hall (18h00). Après une pause bières spéciales bien méritée, direction LPMDLP pour le rock indé tendance psyché des Palma Violets (20h00). On traverse la plaine en se guidant aux sons d’électro futuriste et de la voix acidulée de madame Santigold (21h00). De l’or plein les oreilles!

Sans oublier de mentionner My Diligence, Jessica93, A Place To Bury Strangers, le Klub des Loosers, Timbre Timber, BRNS, The Drums, And So I Watch You From Afar, Mugwump, Squarepusher, It It Anita, Acid Baby Jesus, The Ex, Kverlertak, Electric Wizard, Solstafir, La Muerte, The Bohicas, Eagulls, Yelle, Zola Jesus, Roni Size Reprazent, C2C et Madame Lauryn Hill, pour ne citer qu’eux (et elles).

Découvrez notre playlist Dour 2015.

Nancy Junion

Crédit photo : Mara De Sario