Dark

Posted on 10/05/2019

Première série Netflix tournée en allemand, Dark est née de la collaboration entre le géant du streaming et le couple de réalisateurs germano-suisse : Baran bo Odar et Jantje Friese. Après avoir, dans un premier temps, refusé la proposition de la plateforme américaine, le duo s’est finalement laissé séduire par ce projet ambitieux.

Mélange de thriller et de fantastique, la série a pour point de départ la disparition de deux enfants, dans la petite ville de Winden. Autour de ses secrets enfouis sur trois générations, quatre familles se croisent sur le chemin du temps. Ici, pas d’hommage direct à Derrick. Dommage ?

Revendiquant certaines influences telles que Gregory Crewdson (photographe américain), Stephen King et, plus particulièrement, David Lynch (Twin Peaks), Baran bo Odar et Jantje Friese remodèlent la série allemande. Cela se ressent et se voit, puisque le duo joue avec toutes ses influences et les distille dans chaque épisode de la saison.

Le malaise de cette petite ville perdue aux milieux des bois où l’étrangeté côtoie des lieux interdits et mystérieux, lié à des personnages torturés et désenchantés cachant un secret, donne naissance à un tableau noir percutant. Tableau sublimé par une bande originale plutôt réussie, très soignée par ses choix de thèmes, stridents et anxiogènes, signés Ben Frost. Avec l’apport d’Apparat feat. Soap&Skin, de Fever Ray, de Mimi Page et de Tears for Fears, le soundtrack colle parfaitement à l’ambiance sombre et envoûtante du récit.

Une première saison de 10 épisodes dont la réalisation maitrisée et le choix du casting réfléchi sont servis par des dialogues vifs et acérés autour de thématiques variées et riches de sens telles que la disparition d’un proche, le suicide et la notion de temporalité.

Dark crée la tension via son intrigue temporelle complexe et se différencie des autres séries du genre par sa noirceur intense. Une première saison qui demande de bien suivre le fil à travers un labyrinthe de personnages et d’époques, offrant aux spectateurs toute l’ampleur de la richesse de son organigramme.

Si le niveau est maintenu sur la prochaine saison, dont la sortie est annoncée pour le 21 juin prochain sur Netflix, le meilleur reste à venir ! Oubliez le passé et le futur, l’apocalypse doit avoir lieu…

Pierre Marcoux