Alaska Alaska : Nightingale’s Creed

Posted on 15/11/2014

Nous avions eu le plaisir de les découvrir et même de les rencontrer l’an passé lors du Grand Tremplin et ils nous avaient d’ores et déjà charmés par leur univers mystérieux et envoûtant. Les Alaska Alaska nous reviennent avec un premier EP sorti le 25 août 2014, baptisé Nightingale’s Creed, et ne font que confirmer l’excellente impression qu’ils nous avaient laissée lors de leur prestation live.

D’emblée, dès le premier titre Alaskan Winds, les six jeunes namurois nous entraînent dans leur monde, nous projetant dans les steppes enneigées du Grand Nord, balayées par les vents. Le charme de la voix du chanteur opère directement et on ne peut s’empêcher de trouver une filiation avec un autre chanteur mystérieux et atypique : Ian Curtis. Alaska Alaska, ce n’est cependant pas qu’un chanteur et arriver à une telle conclusion serait d’une totale injustice pour les musiciens qui, tout au long des morceaux, assurent par la solidité de leur rythmique. En témoigne le second morceau Waltz (harmonie du soir), certes harmonie du soir, mais surtout harmonie pour insomniaques qui donne davantage envie de se dodeliner toute la nuit que de fermer les yeux. Les trois titres suivants sont tous de la même (bonne) veine, avec un petit coup de cœur pour le 4e, le magnifique Vices à l’écoute duquel on ne peut que constater une très belle cohésion entre la voix et la guitare.

Alaska Alaska, ce sont les premières paroles prononcées par Christopher Mc Candless, le héros de Into the Wild (film de Sean Penn adapté du livre de Jon Krakauer) qui, après un voyage initiatique à travers l’Amérique, atteint son but, l’Alaska, où il pense pouvoir vivre seul en totale harmonie avec la nature. Avec cet album, le groupe nous donne aussi l’envie de nous évader et de laisser tomber le superflu pour un retour à une certaine pureté. Outre de la musique, cette quête de pureté émane de la vision de la pochette de l’album, fruit de la collaboration du sextuor avec une artiste maltaise, Ritty Tacsum, qui nous gratifie d’un très beau travail photographique sur la ville de Venise.

Bref, encore un tout jeune groupe de chez nous qu’il faut absolument soutenir car il a un talent manifeste. Alors n’hésitez pas à découvrir leur album et surtout à aller les voir sur scène afin de savourer au mieux leur monde particulier.

Sandrine Job